Il est temps et plus que temps de protéger son jardin. L’hiver est déjà bien présent. Suivant les régions, la neige n’a pas encore fait son apparition. Vite, vite voici quelques trucs et astuces pour bien protéger son jardin en hiver.

Les plantes qui perdent totalement leurs feuilles pendant l’hiver sont moins sensibles au froid. Elles se sont mises en mode repos. C’est à celles-ci que je réserve le paillis de feuilles sèches.

Ce n’est pas la même chose pour les plantes à feuilles persistantes qui gardent une certaine activité pendant l’hiver et sont donc beaucoup plus sensibles au gel.

Ne vous inquiétez pas pour autant si vous n’avez pas pris les bonnes précautions pendant les premières gelées, car il faut un hiver très rude et de longues journées de gel pour faire souffrir véritablement les plantes.

En ce moment, nous avons eu quelques jours de gelées matinales. je vois que j’ai pris du retard dans la protection des plantes mais la météo est plutôt positive en nous donnant quelques jours de répit avec des températures qui risque de remonter jusqu’à 8°.

J’attends le réchauffement de la terre (on en parle tellement!) cars il ne faut surtout pas mettre un paillis sur une terre gelée. Je crois que je vais le répéter dans la suite de cet article!

paillage en hiver

paillage en hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comme je le dis souvent, le jardinage doit rester un plaisir et non pas une corvée. Les erreurs sont là pour nous faire progresser. La nature ne nous en voudra jamais, c’est sans doute aussi pour cela que je l’aime tant!

La protection du sol:

Plus question de labour comme vous pouviez le faire en automne. La terre est trop froide, difficile à travailler. Pas la peine de vous épuiser inutilement. La terre rentre en hibernation (un peu comme les hérissons!), elle a besoin de repos.

Dans le potager, tous les carrés ont eu droit à un bon apport de compost. Si vous suivez les fiches, vous savez comment faire un bon compost.

Cette couche de terre riche en humus, offre une bonne couverture végétale et permet de retrouver une terre riche et légère au printemps. Je fais en sorte que tous mes carrés soient nettoyés des dernières récoltes d’automne. Je ne mets rien sous châssis et je n’ai pas de serre.

Tous les carrés sont vides excepté celui des fraises qui ne demande aucun soin en hiver. Je laisse les pieds de fraises dormir tranquillement!

Le potager s’endort pendant l’hiver avec un grand manteau blanc! Il est beau n’est-ce pas?

le potager en hiver

le potager en hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La protection des massifs:

Les massifs ont aussi droit à leur paillage. Cette protection améliore la structure du sol et protège vos plantes des rigueurs  de l’hiver. Le paillage se décomposera lentement et se changera en humus.

Le paillage du sol au jardin peut se faire toute l’année pour éviter la prolifération des mauvaises herbes. Par exemple en été pour éviter les arrosages. Comme mes massifs reçoivent compost et terreau, je préfère supprimer les mauvaises herbes (bien que pour moi, il n’y ait pas de mauvaises herbes!) en griffant le sol de temps en temps.

Celui qui nous intéresse est le paillage d’hiver, protecteur contre le froid.

Posé en couches épaisses, il protégera les racines du gel. Vous pouvez commencer à l’installer à la fin de l’automne, avant les premières gelées, sans enfermer le pied des plants.

Nous sommes déjà fin décembre. L’hiver cette année n’est pas très précoce. Il est impératif d’installer le paillis avant que votre sol ne soit gelé car le froid est déjà rentré dans la couche de terre et cela emprisonnera les températures dans la sous couche, ce qui n’aura comme but que de faire souffrir les racines de vos plantes. Pas de panique! ici certains rosiers plantés dans des endroits peu accessibles, ne sont pas paillés et refleurissent tous les ans, mais ils ont quand même une protection naturelle à l’abri du vent et des arbres.

Observez bien votre environnement, le sens du vent, le placement des arbres ou massif isolé, et choisissez la protection qui semble le mieux convenir.

Soyez en parfaite harmonie avec votre jardin, discutez sans cesse avec lui, il vous donnera les bonnes réponses!

Le rôle principal du paillage en hiver et de protéger les plantes en apportant une couche isolante contre les gelées et en conservant la chaleur du sol.

.Les cinq paillis utilisés dans le jardin sont:

  1. le compost, pas toujours bien décomposé à cette période,il termine sa décomposition dans les massifs.
  2. La paille, avec Nelson, mon âne, la paille est bien présente. Il faut faire attention qu’elle vienne d’une culture exempte de produit chimique.
  3.  les feuilles mortes, bien sûr, sont le paillage naturelle que l’ont ramasse pour fabriquer du compost mais aussi pour protéger les massifs de l’hiver. Une partie est récupérée, l’autre sera soufflée dans les intérieurs des buissons ou des haies.
  4. Les copeaux de bois broyés. Dans l’atelier il y a une véritable scierie qui a permis de se servir des arbres tombées pendant les tempêtes ou simplement ceux qu’ils fallait faire tomber car il représentait un danger près des maisons ou gênaient l’environnement d’autres espèces. Ces copeaux sont un moyen naturel de protéger vos plantes en hiver.
  5. Le buttage de la terre. Un moyen simple d’offrir une protection thermique à vos plantes. Celui-ci doit être exécuté en automne avant que la terre ne soit gelé. Vous fabriquez une petite butte autour de votre plant sans l’étouffer évidemment!

Les rhododendrons profitent du manteau des feuilles d’automne.

protection des rhododendrons

protection des rhododendrons

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans un jardin bio, le paillage en film plastique sera exclu! l’avantage de pailler avec des matériaux naturels est que vous n’êtes pas obligé de l’enlever au printemps, à condition qu’il se soit complètement décomposé.

Si ce n’est pas le cas, vous pouvez le remettre dans votre tas de compost pour qu’il achève son travail de décomposition.

Si vous faites du feu de cheminée avec du bois sain, vous pouvez récupérer les cendres et les épandre dans vos massifs et autour des arbres fruitiers. Vous leurs donnerez un grand apport de calcium, de magnésium, de sels minéraux. Mais attention de ne pas en mettre en surdosage si vous avez des plantes de terre de bruyère, comme dans mon jardin où se trouve de nombreux rhododendrons et azalées.

La cendre étant riche en calcium, elle risque de changer le PH de votre terre.

Ces derniers jours il a fait très froid, la cheminée a bien marché. J’ai déjà récolté deux sauts de cendre. Les arbres fruitiers vont certainement appréciés cette première expérience car ils ont seulement trois ans. A voir!

Ce n’est pas vraiment un paillis mais c’est un apport de vitamines bon avant l’hiver.

Par expérience, n’oubliez pas de faire tomber la neige installée sur vos massifs de buis ou autres massifs buissonneux. On n’y pense pas toujours mais le poids de la neige peut provoquer de gros dégâts, casser des branches et faire des trous dans une composition au départ, bien organisée.

Pour les hydrangeas, certains massifs sont restés dans un état plutôt sauvage en hiver. Je ne coupe jamais les fleurs ce qui permet de protéger les bourgeons. Quand il n’y a plus de risque de gelée, je peux commencer un bon nettoyage. C’est un travail (ah! non c’est vrai, c’est un amusement!) que j’apprécie. En fin de journée le résultat est souvent étonnant!

les hydrangeas en hiver

les hydrangeas en hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y beaucoup de variétés de sedum. Les miens sont très dénudés en hiver. je me permets de les couper car leurs tiges ne présentent pas d’intérêt pour leur protection. Une petite butte autour du plant et de la paille pas très loin pour les réchauffer. Le sedum est une plante très rustique, la seule chose qu’elle  n’apprécie pas est l’humidité prolongée.

Ce massif n’étant pourtant pas placé au sud, je les vois quand même refleurir chaque année. C’est ça la Nature, quand une plante apprécie l’endroit même si ce n’est pas tout à fait ce qu’il lui faut, elle décide de rester.

Vous pouvez faire des (soi-disant) erreurs, attendez-vous à avoir de belles surprises!

protection des sedums en hiver

protection des sedums en hiver

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Protection des plantes en pot:

Si vous avez la chance de posséder une serre, il est temps de rentrer les pots. Les plantes sont beaucoup plus fragiles au gel car les racines sont confinées dans un petit espace.

Si les pots ou bacs sont trop volumineux, il va falloir fabriquer une protection pour les plantes mais aussi pour les pots, surtout en terre.

Il est préférable de les nettoyer, de supprimer les feuilles fanées, de faire un léger griffage en surface. Installer une épaisse couche de paille autour de la plante. Regrouper les pour qu’elles se tiennent chaud, si possible contre un mur exposé au sud.

Si vous avez l’habitude de voir des feuilles s’accumuler autour de chez vous, c’est certainement l’endroit où il y a le moins de vent. Autour de ma maison, dans un angle se trouvant parfaitement au sud, j’ai toujours un amas de feuilles qui dorment gentiment en attendant que je les déloge (toujours aussi gentiment!). C’est ici un espace rêvé pour protéger mes plantes en pots à l’abri des courant d’air et dans une parfaite exposition.

Une astuce: si vous déposez vos pots sur une surface froide, vous risquez de faire souffrir les racines de vos plantes en pot pendant l’hiver.

Au lieu de mettre des plaques de polystyrène sous les pots pour servir d’isolant mais qui ne rentre pas dans une réflexion de jardin biologique! mettez plutôt une couche de paille. C’est plus jolie et aussi efficace!

Les rosiers en pot de terre sont protégés tous les hivers avec une double protection en grillage dans laquelle ont été déposé un beau paquet de feuilles mortes et sèches. Cette protection hivernale marche très bien depuis des années. Il suffit de changer ou de rajouter des feuilles. Les pots n’ont même pas besoin d’être mis à l’abri car ils se trouvent le long de la façade sud de la ferme.

protection des plantes en pot

protection des plantes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il reste encore à nettoyer les mauvaises herbes! et à tailler légèrement le rosier.

Les hivers ont déjà été très froids et aucun pot ni aucune plante n’a souffert. Certaines ont plus souffert de soleil intense pendant l’été.

Quand l’hiver s’annonce rude, vous pouvez envelopper les plantes les plus fragiles, comme le camélia, d’un voile d’hivernage perméable à l’air et à l’eau, laissant passer la lumière, et  respirer la plante. Il permet d’augmenter la température de quelques degrés.

N’oubliez pas d‘enlever les soucoupes sous les pots car l’eau stagnante risque de geler.

Dans les régions aux hivers rudes, les bulbes non rustiques comme le bégonia, le glaïeul, le dahlia, seront retirés de terre pour passer l’hiver dans un endroit abrité comme un abri de jardin à condition qu’il soit sec. Vous pouvez les entreposer dans un carton ou une caissette à l’abri de la lumière.

N’oubliez pas de séparer les différentes variétés et de noter la couleur et la taille, car quelquefois la mémoire nous fait défaut au retour des beaux jours!

Vous pourrez à nouveau les installer début mai lorsqu’il n’y aura plus de risque de gelée.

A vous de prendre la parole!

Comment protéger-vous vos plantes en hiver?